With 84.000 + photos and still counting ! More Photos

LILI REINHART DE HUSTLERS PARLE DE NE JAMAIS PORTER DE JEANS TAILLE BASSE ET TOUT CE FAUX VOMI
Et cette fois où elle avait trop peur de parler à Will Ferrell sur le tournage.

« Hannah Montanna vulgaire », Lili Reinhart se moque des vedettes qui ont inspirées la conception des costumes de son dernier film, Hustlers (Queens en français, N.d.T). Oui, ces robes moulantes ont fait une apparition. Il en est de même pour les boucles d’oreilles en alliage mystère et les « SEXY » chockers en strass. Pour le personnage de Lili, Annabelle, le fard à paupières bleu électrique étaient accordés à sa mini robe en polyester. Vous remarquerez même une paillette occasionnelle au milieu de la joue qui s’est décrochée d’uns des bodys scintillants d’une de ses co-stars. Mais les jeans très très taille basse devraient rester en 2003 si Lili avait son mot à dire dessus.

Avant l’avant-première mondiale de Huslters – qui va de pair avec un empilement de stars : Jennifer Lopez, Constance Wu, Keke Palmer, Julia Stiles, Cardi B ; Lizzo, Madeline Bewer (et plus, mais pas de spoil) – je me suis assis avec la star de Riverdale pendant le TIFF (Festival International du Film de Toronto, N.d.T) pour parler de vieilles tendances, toutes ces scènes de vomi, et en quoi elle et son petit-ami Cole Sprouse vont se déguiser pour Halloween.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de jouer dans Hustlers ?

« C’était tellement bien écrit. Lorene [Scafaria] est tellement talentueuse. Quand j’ai lu le synopsis pour la première fois, ‘grosses arnaqueuses’ est apparu dans ma boîte de réception, et j’étais genre ‘OK ?’ et après j’ai lu, ‘Des strip-teaseuses prennent leur revanche sur des hommes de Wall Street’, et je me suis dit, ‘oh mon dieu, qu’est-ce que c’est que ça ?’. Après j’ai vu le nom de Constance [Wu] et Jennifer [Lopez] dans les actrices et Lorene en tant que réalisatrice, et je me suis dit ‘C’est quelque chose. Le synopsis de fait pas du tout justice là’. Même aujourd’hui, le trailer ne fait pas justice au film. Vous pensez avoir une idée de ce que ce film va être, que ça va être une fête pendant une heure et demie, mais ce n’est pas du tout ça. Vous avez une heure de fête, mais après ça, ça devient vraiment intense et émouvant. Vous réalisez que vous avez en fait les histoires de ces femmes et qui elles sont. Ce n’est pas seulement ‘Oh, c’est un film sur des strip-teaseuses’, c’est un film à propos de femmes qui font du strip-tease. Vous regardez le film et vous vous dites ‘Wow, ce film est à propos de femmes et fraternité dans laquelle elles sont, et elles essayent de se débrouiller pour leurs familles et elles-mêmes’. C’est une bonne histoire. »

Le design des costumes [dans ce film] est plutôt incroyable. Y avait-il un look que tu adorait totalement ?

« Pour être honnête, j’avais un peu oublié que le film se passait à une autre période quand je suis arrivée à mes séances d’essayage. J’imagine que je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Après je suis arrivée et j’étais genre ‘Oh mon dieu, on voyage dans le temps où j’étais au collège’. J’étais un peu trop jeune à cette époque pour porter ces robes moulantes de Charlotte Russe et Guess. Mon dieu, c’était tellement fou de voir à quel point la mode a changée, et Mitchell [Travers], notre styliste, s’est bien débrouillé. Il était incroyable et avait tellement de travail mais, pour une certaine raison, il a réussi. Je suis arrivée [pour mon essayage], et il était genre, ‘Je pense que nous voulons quelque chose de doux et innoncent, mais aussi trash’. Il l’a dit d’une manière tellement évidente. On joue en 2016, et Mitchell a appelé ça ‘Hannah Montanna vulgaire’ parce que c’était au moment où Hannah Montana était diffusée, et nos costumes étaient similaires au vêtement de cette époque, en plus sexy. C’était vraiment fun. De l’affreuse joaillerie par contre… la pire qualité. Je le mettais dans mon oreille, et ça se cassait. Je me disais ‘c’est parfait’. »

Ha ! Ce genre de bijoux qui rendent votre peau verte ou bleue :

« C’était juste le meilleur tarif que l’on pouvait avoir avec l’argent des robes moulantes. »

Est-ce qu’il y avait un look de cette époque que tu refuse de porter ?

« Je refuse de porter des jeans taille basse. »

Les tailles très basses avec les bourrelets ?

« Je suis mortifiée rien qu’à l’idée d’en porter. Bien sûr j’en ai porté au collège. Ma mère m’a envoyé une photo de moi-même portant ces pantalons l’autre jour, et ça donne vraiment l’impression qu’on est sur le point de voir mon vagin. C’est vraiment à la limite. Et ma maman disait, ‘Où est ton entrejambe ?’. Elle m’a envoyé cette photo car il n’y a presque pas de place entre le haut de mon jean et mes jambes. Je lui ai dit ‘Je ne sais vraiment pas. Je ne pourrais pas te dire.’ Tout ce que je sais c’est que j’avais 13 ans, donc aucune poignée d’amour – rien à quoi m’accrocher, j’étais comme un bâton. Donc ça marchait à ce moment-là, mais Mitchell m’en a fait essayer quelques uns et j’étais genre, ‘Non, ne fait pas ça’. »

C’était pareil pour les robes moulantes ?

« Je ne porte jamais de robe moulante. Donc, non. Je ne pense vraiment pas que je voudrais porter des vêtements que j’ai dans le film dans la vraie vie. Même quand je marchais de ma caravane jusqu’au lieu de tournage, jusqu’au bar où on filmait ou le club de strip-tease, je me rendais compte de quoi j’avais l’air parce que c’était vraiment beaucoup trop. J’avais du fard à paupières bleu… de l’horrible fard à paupière bleu. C’était tellement hors de ma zone de confort. C’était assez fou parce que je suis très minimale dans le maquillage. Surtout dans la vie de tous les jours, je ne porte aucun maquillage. Donc c’était un tout autre monde d’être mise en beauté de manière glamour, comme une poupée, tous les jours et d’avoir mes seins apparents tout le temps. C’était une expérience très différente. Je suis plus conservatrice que ça. »

Ton personnage a une réaction assez singulière au stresse, mais elle rend ça tellement attachant. C’était dur de filmer toutes ces scènes de vomi ?

« Les gens me demandaient ‘est-ce que tu es nerveuse ?’ et je ne pense pas que je l’étais. C’était plutôt quelque chose d’inconnu, je ne savais pas à quoi m’attendre. Je n’ai jamais eu à faire ça avant. Je veux dire, c’était drôle, je pense que Lorene a dit ‘pauvre Annabelle’ genre huit milles fois quand nous étions en tournage. »

Sérieusement, pauvre Annabelle !

« Elle est tellement jeune et mignonne. C’est tellement une manière brillante de rappeler à l’audience qu’elle est tellement jeune. Au lieu d’être genre, oh ouais, c’est le bébé du groupe, ou elle est nouvelle là-dedans, ou elle a été entraînée là-dedans. Cette histoire est racontée par le fait qu’elle vomisse parce qu’elle est dépassée par les événements. Je n’ai pas cette réaction quand je suis dépassée, mais j’ai de l’empathie envers les personnes pour qui c’est le cas et à quel point c’est malheureux. C’était définitivement une expérience. »

De quoi le faux vomi est-il fait ?

« Eh bien , c’est différent pour chaque scénario. Les gens trouvent toujours de nouvelles idées. Le mien était le meilleur scénario. C’étaient des biscuits écrasés mélangé à du Sprite. Ça avait le goût de biscuits ramollis dans ma bouche. Ça allait. La nourriture pâteuse me dégoûte vraiment, donc c’était ma plus grande peur, d’avoir à mettre ça dans ma bouche… j’avais peur que le fait de mettre ça dans ma bouche me donne vraiment envie de vomir. Mais ça allait. »

Quel jour de tournage t’a le plus marqué ?

« Will Ferrell est venu nous rendre visite, et je l’ai littéralement évité parce que j’étais intimidée. Je me disais ‘Je ne veux pas le rencontrer. Je suis nerveuse, je ne veux pas.’ C’est l’un des producteurs du film, donc il est venu un jour quand on tournait au club, et je l’ai littéralement évité parce que j’avais peur. »

Comment c’est de danser aux côtés de J-LO ?

« Ecoutez, je ne suis clairement pas douée pour danser ou faire semblant de bien danser. J’essayais juste de m’amuser, genre comment tu danserais bourrée avec tes amis. Donc c’était plus comme Mon dieu, s’il te plaît ne regarde pas ça et pense que j’essaye de faire semblant de bien danser. C’était amusant sur le coup, et c’était une expérience vraiment cool et spéciale. »

J’ai entendu dire que tu étais douée pour faire des maquillages à effets spéciaux. Qu’est-ce que tu prévois de faire pour Halloween ?

« Je le suis ! Oh mon dieu, je n’ai pas fait ça depuis si longtemps, en fait. Je suis en quelque sorte passée de maquillage à effets spéciaux à se peindre le visage. Donc j’en ai fait beaucoup par le passé. Maintenant, je n’ai plus vraiment le temps, ce qui semble vraiment stupide, mais je n’ai vraiment pas le temps. Ça prend beaucoup de temps de faire ce genre de choses. Je pense que je vais faire un personnage pour Halloween. Je pense que je vais le faire avec mon petit-ami, Cole. Je ne veux pas spoiler si ça ne produit pas, mais c’est un duo de télévision. »

C’est un bon petit avant-goût :

« Pas de grands effets spéciaux cette année, mais peut-être une perruque. »


© Interview traduite par Manon