lilireinhart.fr   |               
Latest Images
/photos  -  retrouvez déjà + de 150,000 photos de Lili Reinhart !

Elles partagent le charisme de la-fille-d’a-côté, un côté sombre secret et (très probablement) un petit copain super sexy. Malgré ça, Lili Reinhart n’a pas de problème à savoir quand son personnage de Riverdale fini et quand elle commence.

L’actrice Lili Reinhart n’a pas peur des intrigues salaces, comme elle l’a prouvé lors de la deuxième saison de la célèbre série de The CW, Riverdale, où elle donne une vie sombre à l’anciennement petit ange Betty Cooper des comics originaux. Dans un des épisodes qui ont fait parler sur les réseaux sociaux, son personnage de 16 ans a interprété un numéro de pole dance très séducteur qui faisait partie du rituel d’initiation d’un gang. Donc quelle est la chose la plus folle que Lili veut voir son personnage faire par la suite ?

« Il est temps pour elle de jouer sa carte de la virginité », dit-elle au téléphone depuis Los Angeles, là où elle habite quand elle ne filme pas la série à Vancouver, en Colombie-Britannique. Veut-elle dire avec Jughead, qui est plus un badboy qu’un pitre et joué par son petite ami dans la vraie vie selon les rumeurs, l’acteur Cole Sprouse ? Ou peut-être avec le meilleur ami de son personnage et parfois intérêt amoureux, le protagoniste Archie ? « Ca pourrait être n’importe qui désormais », dit l’actrice de 21 ans d’un ton qui inclut la complexité de Betty et l’humour de Lili.

Elevée à Cleveland, Lili n’est pas allé à l’Université pour poursuivre sa carrière d’actrice, et jusqu’à Riverdale, la gagnante du prix Teen Choice Breakout Star avait seulement des petits rôles. Elle semble être autant connue pour ses blagues que pour sa version nuancée de Betty – dans une liste de 27 points, Buzzfeed l’a nommée une des plus drôles de Twitter.

Comme son personnage, Lili a plusieurs couches : « J’ai un petit peu de noirceur en moi que seules les personnes qui me connaissent peuvent voir ». Les autres voient au moins un petit peu de ce côté sombre aussi grâce au fait que Lili soit très ouverte par rapport à sa dépression, entre autres sujets sensibles, dont le mouvement #MeToo et son opinion sur le président Trump. Avec la deuxième saison réussie de Riverdale se terminant (le début de la saison en octobre 2017 a apporté 3.74 millions de téléspectateurs) et son rôle dans le drame Galveston en compagnie d’Elle Fanning et Ben Foster devant sortir cette année, l’actrice a parlé du fait de rendre le personnel public, d’Hollywood dans le post-Harvey Weinstein et avoir le rôle provenant d’un comic.

Ta carrière est allée de 0 à 60 en 2017. Y a-t-il eu des moments forts ?

Aller au Comic-Con était hallucinant, voir tous ces fans et toutes ces personnes qui connaissaient mon nom. J’étais genre « Tu es sûre que tu sais qui tu es ? ». Je ne réalise toujours pas vraiment.

Ton ami et co-star Cole Sprouse a affaire avec la célébrité depuis qu’il est enfant. Est-ce qu’il te donne des tuyaux sur comment gérer ce nouveau monde ?

Totalement. Il nous remet vraiment les pieds sur Terre si on pense que quelque chose qu’on a dit a été pris hors-contexte. Il a toujours été celui qui disait « Juste ignore ça. Ça va se tasser ». Il a une bonne et calme énergie parce que tu sais qu’il est déjà passé par là.

Qu’est-ce que tu aime par rapport au fait de jouer Betty ?

Betty est « la fille d’a côté » mais elle a un côté sombre – un côté qui est plein d’anxiété et d’un sombre alter-égo. Mais elle est optimiste même quand elle vit les pires choses. Il y a toujours une lumière en elle qui ne peut pas partir, c’est magnifique.

En quoi tu t’identifie à ce personnage ?

Je m’identifie le plus à sa noirceur. Ce que j’apporte à Betty est sa réelle anxiété à propos de certaines choses et le stress qu’elle ressent parce que je suis facilement dépassée et stressée. J’ai de l’anxiété.

Tu es super ouverte sur ton parcours avec ta santé mentale. Pourquoi ?

Parce que je lutte contre tellement de choses depuis tellement longtemps. Et je sais que beaucoup d’autres jeunes personnes sont dans le même cas, et je n’avais personne qui en parlait. Je me souviens être au collège et lycée et entendre Demi Lovato parler de ses problèmes de santé mentale et c’était réconfortant. Mais je voulais que plus de personnes en parle. J’avais besoin de plus de personnes à qui m’identifier. Je me disais que toutes ces personnes ne pouvaient pas être si heureuses, si ? C’était un peu comme cette photo non-réaliste qui était peinte devant mes yeux de toutes ces heureuses personnes, ces personnes qui ont réussi, ces magnifiques personnes. Et même maintenant que je suis dans cette super série. J’ai de l’argent sur mon compte en banque. J’ai mon propre appartement. J’ai des amis. J’ai toujours des moments de dépression. Tu n’as pas à avoir honte de ça. Tu ne devrais jamais avoir à te justifier de comment tu te sens.

Comment les fans ont-ils réagis face à votre ouverture ?

J’ai fait une séance d’autographes [dans une] convention à Philadelphie et un petit groupe de filles sont venues vers moi et m’ont dit en pleur : « Tu m’as vraiment aidé ». Une des filles m’a dit qu’elle avait essayé de se suicider et lire ce que j’avais à dire à propos de la santé mentale l’a aidé à sortir de l’hôpital. Je n’avais aucune idée que les mots que je partageais avec le monde atteignaient ces jeunes personnes, ces magnifiques personnes. Je me suis sentie tellement honorée et indigne de leur amour.

Tu as parlé du fait que tu as fait une dépression la première fois que tu as déménagée à Los Angeles à 18 ans et tu as dû rentrer chez toi. Comment as-tu trouvé la force de retourner à Hollywood et continuer d’essayer ?

Je devais me reconstruire, je devais retrouver ma passion parce qu’elle avait diminuée comme tout l’argent dans mon compte en banque à force d’être à LA depuis cinq mois, et jouer deux rôles et ne pas voir d’argent venir, et lutter pour sortir de chez moi et de mon lit, et lutter pour me faire des amis. C’était vraiment un dur, dur moment de ma vie. De retour chez moi, j’ai vu un psychologue pendant six mois, qui m’a immensément aidé. J’ai réalisé quelque chose : Qu’est-ce que je vais faire d’autres ? Et c’est là que ça m’a frappé, je ne veux rien faire d’autre. Donc si je dois réessayer, eh bien je réessayerai. Je ne vais pas me poser ici et aller au collège pour étudier quelque chose dont je me fiche. La première nuit de retour à LA, j’ai eu une grosse crise d’angoisse et je sanglotais sur le sol de mon ami. J’ai appelé ma mère, et elle m’a rappelé que je pourrais toujours retourner la maison, ce qui était réconfortant. Ils seraient toujours là si j’avais besoin d’eux.

L’année dernière a vu quelques « prédateurs sexuels » d’Hollywood exposés. Comment tu as réagit à ça, toi qui est une jeune actrice vivant dans ce monde ?

C’est inquiétant de voir que ça ait été ordinaire pendant si longtemps. C’est inquiétant de voir qu’il y a tant d’hommes et de femmes qui ont déjà vécu des agressions sexuelles à leur travail. Je pense que les hommes et les femmes qui agressent – Harvey Weinstein, Louis C.K., Kevin Spacey – reçoivent exactement ce qu’ils méritent, et ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Par tous les moyens, il faudrait séparer ces personnes de leur carrière car ils ne la méritent pas. C’est la justice et c’est le meilleur.



© Interview traduite par Manon









Lili Reinhart Online is an unofficial fansite for Lili Reinhart. I am in no way affiliated with her, her management and I don't know anyone who is. This site is non-profit, and is in no way trying to infringe on the copyrights or businesses of any of the entities. All content posted up on this site is used under the Fair Use Copyright Law 107. All images are copyright to their respective owners. If something belongs to you, please email me before taking any legal action and I will give you credit or remove it straight away.